Quito => Puyo

Publié le par Kevi&miquateur

Lundi,dernier jour avant de partir en direction de Puyo, notre point de chute.

Au programme de cette journée étaient prévus une visite à l'ambassade de France puis à divers musées concernant la culture aborigène et Équatorienne. Hoequateur 2009 a de la chance : l'ambassade ne reçoit pas et le premier musée est fermé... Heureusement pour nous il y a Juan A. Martinez, directeur du second musée "Museo Etnohistórico de Artesanías del Ecuador", qui nous reçoit et avec lequel nous débattons durant l'après-midi sur le projet de la Casa, nous le questionnons sur sa façon de gérer son musée et nous abordons des aspects du bâtiment et de pérennité. Nous voilà plongé la tête en avant dans le sujet, l'aventure commence vraiment.

 

S'en suit la préparation du départ pour Puyo.

 

Mardi, départ en car, adieu la capitale, la grande ville de béton, d'immeubles et de taule enfouie dans les hauts monts. Fini le contraste entre la richesse et la pauvreté, plus de clubs branchés dont certains enfants vont faire les poubelles lorsque la nuit approche. Mais nous n'allons pas quitter les carrefours de câbles électriques et les nuées de taxis pour autant !

Un car s'en va entre les montagnes avec nous dedans. 5 heures de route avec des précipices, des vendeurs de temps à autres montent dans notre vaisseau tunning pour proposer bananes sèches, glaces, boissons, bonbons, etc.

Pauvres touristes américains, vous avez préféré prendre vos valises sur vos genoux ; vous avez refusé de donner une pièce au garçon à qui pourtant vous avez pris des bonbons... Vous en avez perdu votre appareil photo et le voleur s'en est allé deux stations plus tôt... Cessez de fouiller la vieille dame, et descendez donc sur le sol de la réalité. Nous, nous préférons rire et discuter avec ces enfants, nous préférons vivre notre périple, non le commander.

Beaucoup de choses de marquantes, plein de joie et d'émerveillement, ce n'est que le commencement !

Nous suivons le lit d'une rivière qui petit à petit passe de la roche à une forêt de plus en plus dense. Nous sortons de brume, des montagnes, puis du bus. Bienvenido en la ciudad de Puyo.

 

Francisco !! Estamos en la plaza Roja!


Un homme aux vêtements colorés approche. Un bracelet vert, un tee-shirt vert, des cheveux longs et noirs, un visage débordant de vie.

Publié dans Le voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article